You are here :  Home

CHAMBRE DES PAIRS DE FRANCE PROCES-VERBAL des séances relatives au jugement...

CHAMBRE DES PAIRS DE FRANCE - PROCES-VERBAL des séances relatives au jugement du Mal NEY. (Novembre et Décembre 1815). Ce procès-verbal contient 17 numéros auxquels on a joint l'Acte d'accusation et une Table des matières.
P. Didot l'Ainé 1815.
In-8 cartonnage d'époque dos lisse pièce de titre de cuir bordeaux titre doré 150-8-24-25 pp. Deux étiquettes ex-libris gravées une de la bibliothèque de Mr Le Comte Nicolas Vimar (Pair de France) l'autre Casenavii Equitis.Dos légèrement insolé très légers frottements très bonne condition par ailleurs.
 Ouvrage rare contenant le procès-verbal des séances relatives au jugement du Maréchal Ney duc d'Elchingen prince de la Moskowa ex-Pair de France du samedi 17 novembre au mercredi 6 décembre 1815. L’histoire du palais du Luxembourg a été fortement marquée par ce procès accusé de haute trahison après son ralliement à l’empereur Napoléon débarqué de l’île d’Elbe en mars 1815 alors qu’il avait déclaré au roi Louis XVIII qu’il ramènerait l’usurpateur « dans une cage de fer ». Le palais est en effet le siège de la Chambre des pairs qui se constitue alors pour la première fois en Cour de justice comme le prévoyait la Charte constitutionnelle octroyée par le roi Louis XVIII le 4 juin 1814 formation habituellement désignée comme la Cour des pairs. Le maréchal Ney y est jugé de manière expéditive et y vit ses derniers jours avant son exécution au petit matin le 7 décembre 1815 avenue de l’Observatoire où il y sera fusillé. (Sénat) Appartenance intéressante de notre exemplaire à la bibliothèque du Comte Nicolas de Vimar fidèle aux Bourbons il s'abstient de siéger pendant les Cent-Jours il est en revanche élu comme représentant de la Seine-Inférieure à la Chambre où il se montre parfaitement hostile à l'Empereur. Il limite son activité au comité de législation de cette chambre. Après Waterloo devant l'avancée des Alliés cette dernière nomme une députation pour présenter aux souverains coalisés la déclaration de ses principes mais le comte Vimar n'accepte pas cette mission. Après le retour du Roi en juillet 1815 il réintègre la Pairie où il défend les libertés octroyées par la Charte régime monarchique à l'anglaise qui fut toujours celui de ses vœux les plus chers. Au procès du maréchal Ney il vote la mort comme 139 autres Pairs de France 17 votent la déportation 5 s'abstinrent de voter. Si par malheur pour l'honneur français sa tête tombe sur l'échafaud son sang imprimera la tache d'une éternelle réprobation sur le front de ses juges. Paroles de Napoléon dictées au Général Montholon. Suivant l'exécution Napoléon écrira également: La mort de Ney est un crime un véritable déni de reconnaissance française. Le sang de Ney était sacré pour la France. [...] Mais Ney n'a point trahi le Roi. Son crime a été celui de trente millions de français; car tous on abandonné le trône de la restauration à la vue du drapeau tricolore qui ramenait en France cette poignée de braves qui formait mon armée sur la plage de Cannes. Louis XVIII et ses émigrés se sont vengés sur Ney de la honte de leur fuite .
Bookseller Inventory: #568340
 Our price: 900.00 € 
Add to your shopping cart
   See the picture

See also: Militaria | Premier Empire


This page comes from http://www.erudition.fr.
© 2002-2018 Le Trait d'Union. All rights reserved.
Powered by InPlano Web Edition 5.0 CR. (59.187 ms)